Litteratura
Version imprimable de cet article Version imprimable

Página inicial > Idade Média > LEGENDA Ã UREA > SAINT GERVAIS ET SAINT PROTAIS

La Légende Dorée

SAINT GERVAIS ET SAINT PROTAIS

Jacques de Voragine

quarta-feira 30 de julho de 2014

Trad. de L’ABBÉ J.-B. M. ROZE, Chanoine Honoraire de la cathédrale d’Amiens.

Pierre Stables voit ici un aspect de l’humilité, amenant à une vie cachée et obscure.

Gervais (Gervasius) vient de gérar, qui veut dire sacré et de vas, vase, ou bien de gena, étranger et syor, petit. Comme si l’on voulait dire qu’il fut sacré par le mérite de sa vie, vase (146) parce qu’il contint toutes les vertus, étranger parce qu’il méprisa le monde et petit parce qu’il se méprisa lui-même.

Protais (Protasius) vient de prothos, premier et dyos, Dieu ou divin ; ou bien de pocul et stasis, qui se tient loin. Comme si l’on voulait dire qu’il fut le premier par sa dignité, divin par son amour, et éloigné des affections du monde. Saint Ambroise trouva l’histoire de leur martyre dans un écrit placé auprès de leur tête.

Gervais et Protais, frères jumeaux, étaient les enfants de saint Vital et de la bienheureuse Valérie. Après avoir donné tous leurs biens aux pauvres, ils demeurèrent avec saint Nazaire, qui construisait un oratoire à Embrun, et un enfant appelé Celse lui apportait les pierres (c’est anticiper sur les faits de dire que saint Nazaire avait Celse à son service, car d’après l’histoire du premier, ce fut, longtemps après que Celse lui fut offert). Or, comme on les conduisait tous ensemble à l’empereur Néron, le jeune Celse les suivait en poussant des cris lamentables : un des soldats ayant donné des soufflets à l’enfant, Nazaire lui en fit des reproches, mais les soldats irrités frappèrent Nazaire à coups de pied, l’enfermèrent en prison avec les autres et ensuite le précipitèrent dans la mer : ils menèrent à Milan Gervais et Protais. Quant à Nazaire, qui avait été sauvé miraculeusement, il vint aussi dans cette ville. Au même temps, survint Astase, général d’armée qui partait pour faire la guerre aux Marcomans. Les idolâtres allèrent à sa rencontre et lui assurèrent que les dieux se garderaient de rendre leurs oracles si Gervais et Protais ne leur offraient d’abord des sacrifices. On s’empare alors des deux frères et on les invite à sacrifier.


Ver online : Literatura