Litteratura
Version imprimable de cet article Version imprimable

Página inicial > Simbolismo > FAUST

Dictionnaire de la Littérature Chrétienne

FAUST

quarta-feira 10 de outubro de 2007

Extrait du « Dictionnaire de la Littérature Chrétienne »

Les hôtes du docteur Faust se veulent couper le nez.

Le docteur Faust avait, en un certain lieu, invité des hommes principaux pour les traiter sans qu’il eût apprêté aucune chose. Quand donc ils furent venus, ils virent bien la table couverte, niais la cuisine était encore froide. Il se faisait aussi des noces, le même soir, d’un riche et honnête bourgeois, et avaient été tous les domestiques de la maison empêchés, pour bien et honorablement traiter les gens qui y avaient été invités; ce que le docteur Faust ayant appris, commanda à son esprit que de ces noces il lui apportât un service de vivres tout apprêtés, soit poissons ou autres, et qu’incontinent il les enlevât de là pour traiter ses hôtes. Soudain il y eut en la maison ou l’on faisait les noces un grand vent par les cheminées, fenêtres et portes, qui éteignit toutes les chandelles. Après que le vont fut cessé et les chandelles derechef allumées, et qu’ils eurent vu d’où le tumulte avait été, ils trouvèrent qu’il manquait à un mets une pièce de rôti, à un autre une poule, à un autre une oie, et que dans la chaudière il manquait aussi de grands poissons. Lors furent Faust et ses invités pourvus de vivres; mais le vin manquait, toutefois non pas longtemps, car Méphistophélès fut fort bien au voyage de Florence dans les caves de Fougres, dont il en emporta quantité. Mais après qu’ils eurent mangé, ils désiraient (qui est ce pour quoi ils étaient principalement venus) qu’il leur fit pour plaisir quelques tours d’enchantement. Lors il leur fit venir sur la table une vigne avec ses grappes de raisin dont un chacun en prit sa part. I1 commanda puis après de prendre un couteau et le mettre à la racine comme s’ils l’eussent voulu couper; néanmoins ils n’en purent pas venir à but; puis après il s’en alla hors des étuves, et ne tarda guère sans revenir. Lors ils s’arrêtèrent tous et se tinrent l’un l’autre par lu nez et un couteau dessus. Quand donc puis après ils voulurent, ils purent couper les grappes. Cela leur fut ainsi mis aucunement; mais ils eurent bien voulu qu’il les eût fait venir toutes mûres.


Ver online : FAUSTO